Originaire d’Algérie, je suis installé dans le Luberon depuis un an dans le hameau de Saint-Véran à Goult après avoir vécu à Marseille, Paris et Tokyo. C’est à Marseille en tant qu’étudiant en biologie en plein Parc National des Calanques que je suis tombé amoureux de la nature et de la randonnée dans les massifs de Provence. J’y ai appris que les Calanques sont un milieu à la fois riche en espèces endémiques et très fragile car en proie à une lente mais inexorable dégradation due en grande partie aux activités humaines. Mon ancrage dans le Luberon est aujourd’hui lié à une activité de production de tofu bio artisanal à partir de soja de la Durance. J’ai rencontré des paysans jeunes et moins jeunes très sensibles à la protection de l’environnement et ayant adopté un mode de vie et de production en accord avec ses valeurs. C’est par le truchement d’un voisin que j’ai découvert l’association Luberon Nature et que j’ai décidé de m’y engager activement. Ma carrière professionnelle m’a permis de toucher du doigt les défis scientifiques et les enjeux politiques se rapportant entre autres à la biodiversité et au climat. Cet engagement au niveau global m’a aussi fait prendre conscience de l’urgence d’agir localement. C’est le sens que je souhaite donner aujourd’hui à mon action auprès de Luberon Nature.

Mustapha mokrane, secretaire general